1689 euros. C’est le coût moyen annuel des frais de chauffage pour les ménages français en 2019 (étude Effy). Non négligeable. Ce poste de dépense fixe est largement dépendant du type d’énergie utilisé (gaz, fioul, électricité, etc.), des zones géographiques de résidence mais aussi de la méthode de chauffage. Et oui, si vous habitez en immeuble collectif, le choix du chauffage individuel ou collectif est stratégique pour optimiser vos factures et participer équitablement aux frais. On vous explique tout.

Chauffage individuel ou collectif, compteurs individuels : définitions, différences et bénéfices

Le chauffage individuel est le fait pour un occupant de disposer de son propre système de chauffage. L’occupant est ainsi libre de choisir l’énergie qu’il souhaite pour se chauffer dans la mesure des possibilités (techniques et réglementaires) offertes par sa copropriété. L’avantage principal étant évidemment une visibilité parfaite sur sa consommation et une facturation proportionnée.

Dans le cas de figure d’un chauffage collectif, un système de chauffage unique équipe tous les occupants de l’immeuble. C’est un chauffage communautaire géré par un système centralisé qui alimente les différents logements. Selon le type de chauffage en place, les occupants bénéficient de la mutualisation des frais d’entretien et peuvent éventuellement obtenir un tarif de groupe plus avantageux.

L’écueil de cette méthode étant au niveau de la répartition des charges mensuelles, souvent non équitables par défaut car basée sur les données immobilières (superficie du logement). Et non sur les consommations exactes de chaque copropriétaire. Certains occupants peuvent ainsi ne pas être chauffés à leur convenance ou au contraire d’autres peuvent favoriser le gaspillage. D’où l’intérêt de mettre en place des compteurs individuels de chauffage collectif.

Les compteurs individuels de chauffage collectif dans la pratique

La meilleure maîtrise des dépenses énergétiques en immeuble collectif étant un enjeu majeur pour le législateur depuis plusieurs années, de nouvelles normes ont vu le jour. En ce qui concerne le chauffage collectif, la pose de compteurs de chaleur individuel est obligatoire depuis 2017. Concrètement, cela signifie que les frais de chauffage collectif deviennent désormais bien indexés sur la consommation réelle de chaque occupant.

Dans la pratique, deux possibilités existent pour configurer le chauffage collectif. La première est de poser des compteurs individuels de chauffage dans chaque logement. La deuxième est de placer des répartiteurs de frais de chauffage sur les différents radiateurs de chaque logement. C’est ainsi que la consommation réelle peut être calculée et utilisée pour la répartition.

En copropriété équipée de compteurs de chauffage, les coûts sont répartis comme suit : 70% sur la consommation réelle de l’occupant et 30% sur les frais communs de l’immeuble. Pour toujours plus d’équité, une marge de manœuvre est possible dans certains cas spécifiques d’occupants. Ces cas sont par exemple une mauvaise exposition, l’occupation du dernier étage, etc. Le coefficient de pondération est à voter en AG et ne peut pas excéder 30 %. Avec le chauffage collectif, les copropriétaires sont facturés de manière équitable. Ils voient donc leur motivation augmenter pour optimiser leur consommation. Un bon point dans notre société où les bonnes pratiques environnementales sont toujours plus nécessaires et pour la réduction des factures. Car oui, les économies peuvent aller jusqu’à 20% !

Vous souhaitez mettre en place l’individualisation des frais de chauffage collectif dans votre immeuble ?

Contactez nos experts ici

C’est gratuit et ça n’engage à rien !

Partager :